Sélectionner une page

.

Le biomimétisme demande à l’homme une capacité d’observation et une volonté de s’inspirer de tous les composants de la nature, pour une croissance économique soutenable et durable. Idriss Aberkane l’explique très bien, la nature ne contient pas de déchets, ou plutôt si, mais ses déchets font partie d’un cycle vertueux, telles les feuilles de l’arbre qui poussent au printemps, font de l’ombre l’été, tombent des arbres l’automne, isolent le sol de la forêt l’hiver, protègent les insectes et les animaux, et disparaissent au printemps… « Le biomimétisme désigne un processus d’innovation et une ingénierie, il s’inspire des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant » aussi petit soit-il.

.

.

Nous sommes capables aujourd’hui d’imiter la nature, et d’accroître notre économie à l’infini sur son modèle. Croissance économique, nouvelles technologies et respect de l’environnement ne sont pas des notions incompatibles, il suffit de développer des technologies non polluantes, des matériaux recyclables, des ressources d’énergie autonomes…

.

Source :  Centre européen d’excellence en biomimétisme (Ceebios) de Senlis

« La nature est une bibliotèque, lisez la au lieu de la bruler » – Idriss Aberkane

 

Si cet article vous a inspiré...

Vous aimez Elämä.fr ? N'en perdez plus une miette :)