Sélectionner une page

.

« Qu’est ce qui nous rend heureux et en bonne santé toute notre vie ? » La réponse de Robert Waldinger, psychiatre américain et professeur à la Harvard Medical School, nous rappelle que la richesse, la célébrité et le travail ne contribuerait pas à notre bonheur et notre santé physique et mentale sur le long terme. La réponse est toute autre…

Une étude qui débute en 1934

Robert J. Walinger est le quatrième directeur du Laboratory of Adult Development au Massachusetts General Hospital. Il a présenté lors d’une conférence TED les résultats d’une étude menée sur 76 années auprès du même panel de personnes. 724 hommes ont été suivi minutieusement durant ces longues années pour prouver une chose extraordinaire… De leur adolescence à leur mort pour certains, cette étude a pour objet de découvrir ce qui maintient les gens heureux et en forme même à l’âge avancé.

En 1934, le premier groupe ayant intégré l’étude comprend des jeunes hommes en seconde année à Harvard, ayant intégré l’armée américaine après leur diplôme. Le second groupe compte des garçons issus de familles en grande difficulté, sélectionnés dans le quartier le plus pauvre de Boston. Ces jeunes hommes ont tous été interviewés, ainsi que leurs parents, puis se sont soumis à des examens médicaux.

.

.

76 ans plus tard, quelles conclusions ?

Le Laboratory of Adult Development a démontré que devenir riche, célèbre, ou travailler plus ne nous rend ni plus heureux ni en meilleure santé. Ces 724 hommes ont été questionné, tous les deux ans durant 76 ans :

  1. Un appel
  2. Un questionnaire
  3. Un entretien
  4. Des interviews de leurs enfants (et de leur femme depuis une dizaine d’années)
  5. Un examen de leur dossier médical
  6. Une prise de sang
  7. Un scanner de leur cerveau
  8. Un film montrant ces hommes parler de leurs plus gros soucis à leur femme…

Aujourd’hui, 60 de ces hommes sont toujours en vie et nous enseignent une sagesse précieuse. A plus de 90 ans pour certains, leurs vies témoignent que les bonnes relations nous rendent plus heureux et en meilleure santé. Cette étude met en exergue trois grandes leçons ;

  • Les connexions sociales avec notre famille et nos amis nous permettraient de vivre plus longtemps, plus heureux et en meilleure santé.
  • La qualité des relations proches serait plus importante que la quantité de relations.
  • Vivre au coeur de relations chaleureuses serait protecteur pour notre santé et notre cerveau.

Peu importe donc le taux de cholestérol à cinquante ans, ou l’accident à 60 ans, au delà de tous les problèmes de santé {petit ou gros} les connexions sociales de qualité aideraient même les sujets à se soigner.

Les 2 000 enfants environ de ces 724 hommes rejoignent aujourd’hui leurs pères, et sont de nouveaux sujets pour les chercheurs. Cela permettra de confirmer l’importance des connexions sociales lorsqu’elles sont qualitatives, et pourra apporter de nouvelles conclusions à propos des relations entre les parents et leurs enfants.

.

.

Si cet article vous a inspiré...

Vous aimez Elämä.fr ? N'en perdez plus une miette :)